Zébré, décalé ?

Mis à jour : janv. 20

Le fonctionnement cognitif des personnes dites à Hauts Potentiels Intellectuels (HPI), ou aussi appelés "zèbres", est spécifique. Souvent, elles expriment un sentiment de décalage. Comment expliquer ce ressenti ? Est-il légitime ? Est-il inévitable ?




Une partie des personnes ayant ce fonctionnement particulier n'éprouve pas de difficulté et d'autres personnes qui n'ont pas ce profil ressentent ce sentiment de décalage. Ce n'est donc pas quelque chose de réservé aux "zèbres". Néanmoins, cette problématique prend des proportions importantes chez ces profils.

Une personne dite à HPI perçoit et traite l'information à une plus grande vitesse que la majorité. Ce qui implique que, souvent, ses pensées, ses associations d'idées, amènent à un résultat qui est en dehors de leurs champs de conscience. On parle de déficit de métacognition. Cela veut dire qu'un HPI ne sait pas comment il sait. Cela peut le limiter notamment dans ses études ou en entreprise lorsqu'on lui demande d'expliquer son raisonnement. Il peut se sentir différent, incompris voire même incompétent.

Cette rapidité de perception entraine également une intensité, un flot, un ras de marée d'informations sensorielles et émotionnelles. Difficilement traitables, toutes ces informations peuvent bloquer le travail du cortex préfrontal, siège du raisonnement. Cela engendre des ressentis et des comportements que la personne a beaucoup de difficultés à contrôler. Là encore, elle peut se sentir incomprise dans ses émotions.

Bien entendu, cela peut avoir des répercussions sur son estime. Ne pas se sentir dans la norme va parfois jusqu'à avoir l'impression d'être fou ou rejeté.

Une autre particularité est que ces personnes n'ont pas le même "implicite" que la majorité. Elles ne comprennent pas toujours ce qui est dit en 2e lecture. On peut dire qu'elles comprennent les choses au 1er degré. Ce qui les amène souvent à avoir une susceptibilité exacerbée. Elles attachent une grande importance aux mots et à leur agencement. Ainsi elles peuvent répondre "à côté" ou avoir des comportements qui semblent illogiques au regard de ce qui est demandé. Là encore, cela peut leur jouer des tours et renforcer leur idée qu'elles sont différentes ou nulles.

Cet impact sur l'image de soi peut être renforcé par la difficulté de certains à juger de leur valeur. Une personne dite à HPI peut avoir une hétérogénéité dans les différents domaines de fonctionnement. Par exemple, elle aura de grandes capacités en compréhension verbale mais sera en retard sur l'apprentissage du graphisme. Ces écarts internes, et externes en comparaison avec les autres, engendrent couramment un problème de confiance en soi.

Ces particularités de fonctionnement entrainent une difficulté à se comprendre, à être compris et un sentiment de décalage qui se renforce à chaque expérience.


Alors comment gérer ce sentiment ?

En comprenant ce qui se joue au niveau cognitif, en s'expliquant son propre fonctionnement, et en réalisant que l'on n'est pas les seuls à ressentir cela. Oui, la société s'organise selon une majorité mais le zèbre n'est pas un pariât. C'est un animal qui a ses spécificités comme les autres animaux. Et l'un de ses atouts majeurs est sa capacité à s'adapter. Vous pouvez être zèbre et vous sentir complétement à votre place ! C'est possible en trouvant des alliés, en rencontrant d'autres zèbres, en choisissant une activité qui a du sens, qui vous permet de fonctionner avec vos particularités et de développer ce fameux potentiel...

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout